Thursday, January 13, 2011

Dixi 5 & La Lodge

N'étant pas totalement dénués de bons sens, les membres et proches de l'éminent cercle Lodgien savent où aller pour couvrir leurs cheveux gras et poisseux par ces rudes températures hivernales. C'est naturellement en tant que 'friends' qu'ils ont prêté leur corps et leurs aptitudes à la marque de 'headwear' girondine qui fait parler d'elle en ce moment, j'ai nommé Dixi 5. Nous ne nous hasarderons pas sur les sommes exorbitantes qui ont été versées pour justifier de telles prouesses mais sachez que les bureaux de La Lodge se sont vus agrandir et que ce petit jacuzzi nous a enfin été livré.





Sunday, January 9, 2011

Bordeaux & nous par Ben Chadourne

BORDEAUX ET NOUS from BEN CHADOURNE on Vimeo.

Fat boys are back

(photo prise sur SlapForum)



Le but de ce pamphlet n'est bien évidemment pas de signaler le "back in business" du très potelée Brian Wenning mais plutôt d'apporter une réflexion quant à l'attitude à adopter vis à vis de ce retour.

Des sponsors plus que douteux, une verve et un bagout exacerbée, un embonpoint prononcé, tous les ingrédients sont réunis pour créer une nouvelle tête de turc pour les skate-rats hautement qualifiés qui pullulent sur les forums spécialisés. La comparaison avec son ancien "wing man" Anthony Pappalardo se fait de manière instinctive et l'on est très vite amené à admettre que le maigrelet de Long Island semble être rester plus fidèles à ses racines, refusant tout corporatisme et toutes parutions à outrance à défaut de qualité.



Et bien chers lecteurs et lectrices, cramponnez vous à vos sous-vêtements, car La Lodge s'apprête à prendre à contre-pieds cette thèse. Nous laisserons de coté toute considération esthétique pour ce faire, étant évident qu'une photo de Pops aura toujours plus de valeur que la plus technique des prouesses du bon vivant du New Jersey. Ce qui nous intéresse plus est l'aspect éthique du phénomène, et sur ce point là, Brian Wenning semble sortir victorieux, brandissant son petit poing potelé et tatoué d'obscénités. En effet, bien que Pops reste un des "all time favorites" de la rédaction de La lodge, il est désormais un fait accepté que ce dernier "se touche sérieusement le pipi" en terme de production visuelle et de dévouement à la tâche. D'autre part, on ne peut nier l'ardeur que met Brian Wenning à ce retour sur la scène, il enchaine les démos, les interviews remplis de citations déjà intemporelles du fait de leur stupidité, et mouille le maillot (littéralement) sur la planche et devant l'objectif. Si le style n'est plus entièrement la, on ne peut que saluer l'entreprise et rester pantois devant le spectacle de cet être bedonnant se balarguant en switch heel sur des gaps que beaucoup de skateurs trentenaires (Pops le premier) se refusent à aborder autrement qu'en ollie.